dimanche 9 décembre 2018

GILETS JAUNES ET FOULARDS ROUGES

Si je me grattais la tête, j'aurais sans doute quelque raison d'enfiler un gilet jaune. Il est vrai que je n'en ai pas dans ma voiture.

Chacun a ou aurait des raisons de se plaindre !! pour l'instant, je fais face à trois procès contre l'administration, et peut être bientôt un quatrième ! ce n'est pas par plaisir ! quand ce n'est pas la sécheresse, le gel, ou la grêle qui font des leurs, ce sont les pluies qui endommagent les toits anciens. Le gibier était absent, les sangliers prolifèrent. les raisons de se satisfaire sont rares : un salon qui marche, sans être encore rentable, les ventes plutot toniques, un temps plutôt clément. En face de cela, certes, les motifs de mécontentement sont innombrables et lourds !!!

Est ce à dire que j'irais me mettre à un rond point, pour interpeller ou gêner les voitures, en pensant y trouver la solution à tous mes maux ? si les chaînes TV, innombrables, sont nulles et abrutissantes, gâchent les soirées, font rire jaune, est ce la faute à Macron ? si la fiscalité française est non seulement lourde, mais absurde, que puis je faire pour la réformer ? si les librairies sont pleines de livres aussi stupides que rapidement promus comme phares de l'intelligence, est ce mon choix ? si beaucoup de jeunes français ont une orthographe nulle comparée a leurs homologues marocains du même âge, qu'y puis je ?? surtout quand les professeurs en France ont tendance à penser que tout est parfait dans ce bas monde !

Même plus modestement, suis je heureux de voir que les Corbières se traînent depuis plus de 35 ans comme la dernière appellation de France ? suis je heureux de voir les responsables enfiler les mêmes âneries ? et plus généralement, que bcp de vins français sont indignes de leur prix !! 

Bref, les motifs de mécontentement ne manquent pas, et sont sérieux !! cela me fait il emmerder le monde, et arracher les pavés ? en quoi incendier une voiture est il un progrès ? 

Pour l'instant, je me calme avec une citation de Rochefort, polémiste sous le second Empire : "la France compte 36 millions de sujets, sans compter les sujets de mécontentement"

Deux autres citations de mémoire, d'écrivains qui se sont frottés à la politique :

"borné dans sa nature, infini dans ses voeux, l'homme..etc"

"il est plus facile d'accorder les électeurs sur le désir d'aller au Ciel que de leur donner les moyens d'y aller".

Bon dimanche, en attendant que la Raison ou l'Immaculée Conception (oui, oui, il convient d'être ouvert à toutes les tendances) reviennent sur Terre.

vendredi 23 novembre 2018

PROGRES ??? OU stress inutile ?



Longtemps, j'ai pensé que le métier de vigneron avait changé, comme obligeant a "plus de soucis", a se "déménager", au fil du temps.

Je me fiais à ce que je voyais depuis que j'avais pris pied dans ce métier, en 1985. les premières années furent difficiles, puisque les choses allaient mal, très mal, dans un sens, et qu'il fallait "s'atteler". Mais maintenant, alors que les choses devraient "rouler" toutes seules, je m'aperçois qu'il n'en est toujours  rien.

Peut être est ce toujours vrai dans les autres régions, type Champagne, Bordeaux, que je n'approche pas de l'intérieur, même si l'on voit aussi que la vie y a changé. Mais qu'était la vie de propriétaire sous le Second Empire, Après guerre, et aujourd'hui, il me semble le toucher du doigt, et dire que la qualité de la vie n'est plus là !!

Je fis cette première observation, mais ensuite, me débarassant du fardeau viticole, je comparais - et le livre de Georgette Elgey sur la 4° republique me fit aisément remonter à la période 1958-1965, mon enfance, avec ma vie actuelle et celle de mon père, voire de ma grand-mère, née en 1880.

J'en tirais une seconde observation : ma vie dans bien des domaines n'est pas meilleure que la leur. Pas du tout, notamment qualitativement. Certes, j'habite une belle maison, chauffée, meublée, tranquille, mais les impôts locaux ont explosé, et les prix aussi. Ma voiture est plus grosse, confortable, moderne que l'antique 4CV, mais l'utiliser dans la plupart des villes -  même moyennes - tourne au casse tête, tellement il y a des bouchons. Jadis, par une mauvaise route, mais tranquille, nous mettions 45 mn , un peu moins qu'aujourd'hui par une route plus moderne, mais à vitesse limitée, pour atteindre le même point. Le telephone à domicile était rare, la télévision encore plus, mais au moins les nouvelles aussi délirantes les unes que les autres ne nous atteignaient pas - ex cette mère de famille qui a fermé son enfant pendant deux ans dans le coffre de sa voiture, les enfants qui braquent un pistolet sur leur professeur, et tant d'autres !! quotidiennes. sans regarder au dela de nos frontières. Exemple de faits du jour : les deux fraudeurs de la variété française, avérés, faisant l'objet d'un hommage public aux Invalides, par les autorités de la République !! et hier, une veuve d'un écrivain fameux, célébrant l'anniversaire de sa mort, en racontant ses entorses conjugales de toute une vie !! que sera le fait du jour ?

Peut etre parce qu'enfant, la vie m'apparaissait plus simple ? c'est vrai que le confort était spartiate, loin des normes d'aujourd'hui. a la maison, le seul luxe si j'ose dire, la seule différence était une machine à laver préhistorique, mais pratique. pas de frigo encore, et l'eau arriva plus tard, en 1963, apres le chauffage central mis pour ma naissance, en 1953. Un électrophone, un teppaz, fait à l'époque à Lyon. Globalement, on sentait les différences de fortune, la vie était simple partout,  mais l'atmosphère était différente. cela m'apparaît au travers de multiples souvenirs.

Certes, sur les routes, on voyait des sigles OAS, et des pilones sciés. Les journaux montraient aussi des nouvelles étranges, mais lointaines. surtout  les gens étaient bienveillants les uns envers les autres, simples, authentiques - dans le sens ne cherchant pas à donner une image d'eux mêmes artificille - sincères, durs et aussi délicats dans leurs mots. Les artisans étaient nombreux, et venaient à l'heure. Les lettres arrivaient le lendemain, les services publics fonctionnaient, ma grand mère travaillait encore, au moins l'apres midi, à 80 ans, pour l'équivalent d'un euro de l'heure. Les curés étaient nombreux, les infirmières aussi, venaient à domicile, comme les docteurs, beaucoup plus rares et chers, me semble t'il. La visite était elle à 12 FF, soit l'équivalent de 50 € ? les patates venaient du pays, à moins de 1 € le kg, et de nombreuses personnes s'échangeaient ou s'offraient des légumes, voire du cochon ou des saucisses. Les cars circulaient entre villages voisins, les trains étaient à l'heure et fréquents, la campagne était préservée, pure, ne serait ce que parce  les égouts étaient inexistants.

Ce qu'on appelle aujourd'hui la délinquance n'existait pas. ni même l'immigration, même si déjà des étrangers arrivaient au pays, ainsi nommait on d'abord les portugais, puis les turcs venus nombreux dans les années 60. Oui, il y avait quelques algériens, mais suivant le mot d'alors, l'Algérie c'est la France, donc.. Le premier noir arriva je crois à st just en 1972, dans les bagages d'un aventurier local.

Les réunions de famille, ou les fêtes de village, étaient nombreuses et animées. La kermesse du 14 juillet réunissait tout le village, la vogue aussi. On ignorait la vie dans la ville d'à côté. J'y allais la première fois à 7 ans, quand il me fallut une veste pour la communion privée. J'y vis des plus grands magasins, des choses plus nombreuses, mais on trouvait dans mon village presque tout ce qu'il fallait, le catalogue Manufrance permettant tout. sauf peut etre les livres, mais la bibliotheque paroissiale me suffisait. J'ai l'impression que les gens lisaient plus de journaux qu'aujourd'hui, ou étaient abonnés. Nous recevions par exemple le quotidien local, porté tous les jours. Mon père achetait Match et Point de Vue, ma mère recevait le Petit Echo de la Mode, le Pèlerin, et moi même tintin, apres fripounet et marisette ! les gens s'échangeaient les journaux, qui circulaient. Les miens allaient aux cousins.

La nourriture était simple, moins élaborée que maintenant. On ne trouvait pas toutes ces choses préparées, de la pizza aux surgelés. les gâteaux étaient bons et nombreux, même dans les plus petits villages. Les glaces venaient exclusivement du patissier local. et la viande était souvent bien meilleure, notamment le lapin, poulet, agneau et veau qui ne connaissaient pas encore l'élevage industriel.

50 ans plus tard, les contrastes, et même oppositions sont nombreuses. Faut il parler néanmoins de progrès ? le monde va t'il mieux ? est il plus rationnel et calme ? Les intellectuels et les gouvernants plus intelligents et plus rationnels ? Matériellement, le monde a changé. Souvent quand on montre aujourd'hui l'intérieur de gens pauvres, je suis effaré, car le confort semble être là, et parfois mieux que chez moi. Je me souviens d'une visite faite avec mon père, chez une femme pauvre qu'il aidait en partie, "la jeanne ravel", la pièce était noire, chauffée par un maigre fourneau au bois,  sans lumière, a peine une chaise et un grabat dans un coin ! Si l'on veut se convaincre de la réalité des choses, j'eus la même impression en visitant la cuisine de François Mauriac, à Malagar, grand propriétaire terrien, et auteur à succès, cuisine sans doute de la meme période, des années 1960

Ce qui m'est ensuite apparu, en dehors de ce cadre de choses, c'est que la vie, dans bien des aspects, est devenue compliquée, stressante, et souvent les gens la rendent stressante, chose qui n'existait pas jadis. Les règlements ne se melaient pas de tout, et ne voulaient pas tout controler !! désormais, si je prends mon telephone mobile, google me harcele pour avoir mon point de vue, adobe veut me vendre ses logiciels, sans compter le reste. Le préfet de l'Aude me fait misère pour deux malheureuses enseignes, les gilets jaunes ont retardé mes livraisons, les comptables et la MSA me font sans arrêt des rappels, le vin n'augmente pas, voire baisse, alors que les charges augmentent, et qu'il faudrait revoir les salaires, les routes sont bondées le plus souvent !! les journaux télévisés débitent chaque jour des incongruités permanentes, des attaques des professeurs par les élèves aux prêtres pédophiles, les émissions de variété font défiler des beautés fades aussi stupides et convenues que des barbies, les journaux même le Monde et le Figaro sont remplis d'imbécillités invraisemblables, et ne parlons pas pas des impôts qui même informatisés arrivent ou en retard ou faux, et des cartes grises inaccessibles, là ou on les avait le lendemain !! Ce matin, par exemple, presque aux aurores, j'ai reçu un appel téléphonique d'une municipalité relatif à l'entretien d'un jardin qui ne les regarde pas !! et ma mauvaise humeur fut immédiate et forte !! a quoi bon emmerder les gens ???? est ce que le management (ou l'injonction) par le stress marche ?? le japon est il efficace ? la police française avec ses suicides ? et bcp d'entreprises !! ne parlons pas de l'autostress du genre "partir en week end, et ne pas rater le train". Pire dans une autre direction : hier trois "cadres supérieurs" n'auraient pas eu le certificat d'etudes primaires de la 4° republique : ils ne savaient pas et se trompaient pour dire le nombre de mètres carrés dans un hectare. mais Pina Bausch n'aura bientot plus de secrets pour eux. Je ne parle des horreurs de la mode, avec Dior mettant des brodequins militaires à ses mannequins femmes !

Enfin je me demande sincèrement comment une societé aussi peu solide et structurée pourra affronter les défis rééls de demain. si je n'étais pas objectif, il suffirait au graphologue amateur de se pencher un peu sur les écritures d'il y a un siècle, de cinquante ans, et d'aujourd'hui, pour voir les fossés. Même en comparant celles de deux normaliens : Pompidou et Wauquiez ! parmi d'autres. Ita missa est.

samedi 3 novembre 2018

2 NOVEMBRE 2018

Comme il y a l'année scolaire, l'année fiscale, il y a aussi l'année viticole ! Ce n'est pas une vaine notion, car Octobre marque en general la récolte de l'année, et le début d'une autre, avec le repos de la vigne, puis la taille qui va reprendre, etc. Un nouveau cycle.

le 2018 s'achève en quelque sorte. Grâce soit rendue à Dieu, après deux années très difficiles à tous points de vue, 2018 fut "normal" malgré une pluviométrie record, et des excès de chaleur. Plus de 1000 mm déjà cette année, en 10 mois, alors qu'en général il pleut 400 mm, et que le précédent record, 2011, etait de 800 mm.

Malgré la pression des maladies, l'année a été très correcte avec une production de 2950 hl. ce qui représente une hausse de 25 % sur l'année précédente, marquée par le gel et la secheresse. Pour l'instant, je n'ai pas de comparaison locale ou regionale, ou nationale.

C"est dès cet été que la marche en avant a été reprise. Deux apprentis, dont l'un en dernière année, ayant une expérience professionnelle, ont été embauchés. Malgré le cout non négligeable - environ 24.000 € l'an prochain pour un mi temps - il faut préparer aussi l'avenir. Les emplois sont nombreux a pourvoir en viticulture, d'apres les enquêtes faites. mais très faibles sont les candidatures. Je ne sais pas si toutes les régions sont à la même enseigne (Bourgogne, Champagne, etc), mais nous souffrons ici de nos prix bas, et bien sûr de la répugnance pour les travaux manuels. Voilà pourquoi il faut repenser entièrement notre système fiscal, notre système social, et parallèlement la hauteur des charges sociales, bref, s'orienter vers une solution à l'allemande ou les entreprises ont moins de charges et les salariés de meilleurs salaires. Et côté chômage, il faudrait avoir la lucidité et le courage de constater la réalité, c'est à dire qu'une entreprise agricole ne licencie pratiquement jamais, bref que ses 5% de cotisations chômage ne servent qu'à alimenter les entreprises qui abusent, et en premier lieu les intermittents du spectacle !

5% d'augmentation du salaire ne serait pas négligeable, surtout qu'il y a encore  des "niches inutiles" 
type cotisations professionnelles, taxes diverses. Bref, notre système cache et dévoie les réalités économiques, par un empilement de vieilles habitudes multipliées à l'exces.Quand est ce que le ménage sera fait ?? Ne faut il pas faire d'abord son menage chez soi avant de vouloir le faire au Mali ? vaste question....

dimanche 30 septembre 2018

ST MICHEL - 29 SEPTEMBRE 2018

3 semaines plus tard, les vendanges ne sont pas finies. Il reste 4 rouges à faire : les deux cabernets, le carignan, le mourvèdre.  soit environ 10 à 15 ha à ramasser , 20 % des surfaces. Mais le temps s'est maintenu, samedi, il a fait plus de 30°c.

Trop tôt pour tirer une conclusion de ses vendanges qui seront sans doute "normales" apres deux ans ravageurs.

Déjà, sans traîner, il faut envisager les investissements de l'année prochaine, et les choses à faire . Machines, plantations, hommes.

Pour vous faire patienter, qq photos de cette période de 3 semaines, qui va bientot s'achever dans la fraicheur.






























dimanche 9 septembre 2018

9 Septembre 2018, vendanges et autres

Les vendanges ne battent pas encore leur plein, un peu en retard sur les autres années. A ce jour, seuls le viognier apres le muscat ont été faits. en blanc, reste le chardonnay qui d'ordinaire aurait été fait.

Pourtant l'été a été chaud ! dès le 14 juin, les chaleurs ont accéléré, atteignant je m'en souviens, un samedi vers fin juillet 37 °C; pas de pluies en aout sur les vignes que je n'ai pas revues depuis le 7 août.

Ete bizarre a tous les points de vue. "Jupiter rend fous ceux qu'il veut perdre". Autant que les variations météo, ou la grêle, j'ai craint, je crains encore les tweets impromptus et inquiétants, les cris italiens, les divagations françaises, l'abrutissement par la tv, la pression fiscale sans doute renouvelée avec cette histoire de prélèvement a la source sans utilité - il suffisait de mettre le prèlevement obligatoire a partir d'un montant x, sans impliquer des millions d'entreprises, dont ce n'est pas le job de collecter des impôts - est ce que moi je fais payer mes factures clients par prélèvements garantis par le fisc ? - bref, le bon sens est de plus en plus absent de ce monde, à mon grand regret, et même Poutine, le sang froid, se risque à envoyer des tueurs en Grande bretagne, sous le nez des cameras anglaises !! 

Il faudrait par curiosité faire une liste de tous ces faits, propos et stupidités que la vie moderne nous réserve. oh certes, jadis il n'en manquait pas !! mais désormais, "ça vole en escadrille".

Hulot voulait nous faire monter au Ciel, intention louable, mais soulever le Monde a cette hauteur, même Atlas s'y perdit. Je crois pourtant qu'une politique de petits pas simples serait plus utile et déterminante. Dans x domaines. faire en sorte que les élèves sachent lire, écrire, compter à 5 ou 6 ans, que la justice soit rendue dans les deux ans du crime (l'allemagne ou la grande bretagne le fait dans les six mois), que le système fiscal soit revu, notamment par la suppression de beaucoup de niches fiscales, que la ss, vaste monde, soit rendue efficace....14% des retraites, dixit la cour des Comptes, sont liquidées avec une erreur aux depens du retraité...etc, bref mille choses à faire sans révolution, et qui améliorerait grandement la vie des gens. Bref, faire du Pompidou, au lieu de Melenchonner à tout vent.

J'étais à l'hopital vendredi dernier, pour la première fois depuis longtemps. Une immersion rapide.  On m'a fait lire des livres entiers sur la préparation à l'anesthésie, signer au moins des documents 50 fois, demandé mon nom en moins d'une heure plus de quinze fois (avec la date de naissance !), alors que tout était marqué sur mon poignet depuis l'entrée !!! mais personne ne m'avait dit, ne m'a dit ce qui se passerait apres, et le médecin n'a pas répondu à la moindre de mes questions - banales - alors que je l'avais attendu presque 3 h. Ne parlons pas de la collation dite obligatoire ! ni du questionnaire de satisfaction "volontaire obligatoire". oui, un monde fou, sans garde fou !!  

Ne croyons pas que le monde vigneron, dans ses souliers paysans, soit exempt de ces défauts. J'ai lu hier qu'un producteur de champagne avait laissé 40 vendangeurs polonais, sans salaire, sans abri, et presque sans nourriture. Parcourant le guide Hachette 2018 qui distingue un peu Mattes, je vois avec effarement beaucoup de vins atteindre des prix stratosphériques !! indécents, voire scandaleux. Les vins à plus de 100 € la bouteille sont légion !! certes, le marché est maintenant mondial. Et il n'y a que 10.000 bouteilles de romanée conti par an. Mais se vendre à de tels sommets ! Je lis que Petrus a un nouvel actionnaire, et que les 11 ha auraient été valorisés plus d'un milliard d'euro ! soit 100 millions l'hectare , soit pour parler francais, 10.000 € le M2 !!!

Dans ce monde aussi saugrenu, Mattes a plus prosaiquement engagé deux apprentis. Il faut que la profession devienne attractive, attire de jeunes capacités, et beneficie d'une formation ad hoc. Dans vingt ans, ce sera le point faible de la viticulture française  : le manque de main d oeuvre qualifiée,  et je ne suis pas le seul à le dire. le diagnostic a été posé depuis plus de 15 ans. La formation de base doit s'etoffer, et surtout le métier devenir attractif à beaucoup. Est ce que les ouvriers de Latour, de Rothschild, ont droit à la buvette ??? dans ce cas, leur salaire doit atteindre des sommets avec qq litres par semaine !

Autre folie ! le prix des barriques explose, plus de 30 % de hausse en un an. Je finirai par planter des chênes.


vendredi 3 août 2018

3 aout 2018, en pleine canicule !!









Me voila depuis une dizaine de jours, vigneron par intérim !! bientot au terme de ce séjour, à la fois inattendu et utile.

C'est le 26 juillet que nous avons pris la route pour arriver ici, partant d'un endroit presque frais à 28° habituellement pour tomber ici apres Montpellier ou il faisait plus de 36° à midi ! que calor. Heureusement la vieille maison a peu d'ouvertures, et des murs épais, donc conserve la fraîcheur.

Au moins les premiers jours, car ensuite !! pour ma part, ayant pas mal de travail de bureau impératif à faire, je me réfugie au bureau ! prison volontaire, mais supportable.

Contrairement à ce qu'on pourrait croire, pas mal de gens au caveau, et qui n'achetent pas spécialement du rosé, vin de l'été, au contraire. Les vins les plus vendus sont des rouges puissants, me semble t'il !

Ce midi, alors qu'il faisait deja 32°, j'ai vu arriver deux belges grands et forts, la trentaine, dans une belle voiture, et c'est leur question qui m'a surpris : qu'avez vous comme vin pour faire un coq de vin ?

J'en fis un délicieux cet hiver, mais je ne me souviens du vin employé. Il faut surtout faire réduire longuement et lentement le vin, éventuellement à part. Je crois que j'avais employé un BB de 2009.

Oui, je ne suis pas sorti pendant ce séjour, ou si peu !! juste une diagonale mattes-peyriac minervois, et le minervois que je découvrais, pays pourtant voisin, ou j'etais allé "une paire de fois" comme l'on dit ici.

mais la comparaison avec les corbieres est frappante. Le pays est presque plat, les vignes sont bien entretenues, et raisonnablement chargées. On sent une prospérité qui s'affirme.

Les Corbieres, qui ont recu l'AOC la même année, en 1985, qui étaient alors en prix un peu plus chers, sont désormais incomparablement plus en danger. Les territoires ici sont en friche, ce qui n'est pas le cas la bas, les vignes sont moins bien entretenues, les parcelles plus dispersées et plus petites.
Bref, me semble t'il, les Corbieres ne vont pas dans la bonne direction.

Cela rejoint une réflexion que je poursuis depuis fin mai : qu'est ce qui fait qu'une nation à un moment se développe, se renforce, s'affirme (cas de la Chine aujourd'hui) ou au contraire s'enferme dans une spirale funeste, voire dangereuse (cas de l'aArgentine, du Vénézuela). J'ai vu la GBretagne se réveiller sous Thatcher, mais y perdre toute son industrie. et pour les individus, c'est un peu pareil : qu'est ce qui fait qu'un individu "avance" ou au contraire "recule".

Ma santé a souvent été mauvaise depuis le 7 juin, et je n'ai jamais vu autant de médecins, qui d'ailleurs m'ont paru ne pas avoir la même compétence, l'un obsédé par un fait, le deuxième par un point opposé. Mais là aussi on doit s'en remettre au ciel.

Oui, le ciel chauffe et par toute la France. Les convulsions et bavardages liés a la Coupe du Monde ont cessé, il faudra que je m'intéresse désormais à un nouveau tracteur, et que je me remette au jardin.

jeudi 7 juin 2018

7 juin 2018

J'écris ces lignes, en fin de journée, en regardant d'un oeil la tv donnant un reportage tres intéressant sur les vignobles de prestige français, dont hélas je ne fais pas partie (Romanée Conti, Petrus, Salom, Lafitte, ), c'est à dire ces vins dont on parle et qu'on ne boit pas.

Je dédie ces lignes à la nouvelle habitante de Mattes, née hier soir, et qui découvrira peut être dans 100 ans, ce que fut son jour de naissance, au domaine, et pour moi.

Temps presque ensoleillé, jour annoncé comme le dernier d'une série pluvieuse. Il fait presque frais. autour de 20°C; Je commence par des e mails, apres 8H. La nuit fut mauvaise, dieu sait pourquoi, et j'ai dévoré un livre tres intéressant, sur le monde à la mort de Louis XIV; 400 ans. On voit deja que l'Inde ou la Chine ont les mêmes problemes qu'aujourd'hui, et que l'Iran sous la poussée de ses shahs voulait repousser ses frontières.

Bref, rien de nouveau sous le soleil, la Russie existait deja et titillait la Chine, qui entreprenait sous l'empereur Kanxi sa rénovation, entre Chinois, Mandchous et Moghols !! Apres avoir travaillé sur les statuts d'une société à venir,  Vers 10 h, je suis allé à la mairie de Portel, fait qq courses, et retour. En arrivant, il y avait le camion d'enlèvement pour un client hollandais.

j'ai fini la matinée en revisant la trésorerie jusqu'a fin aout. Nous partons de 100.000 €, nous aurons 86.000 € de flux entrants sur la période, soit assez pour couvrir 3 mois. Puis de nouveau e mail pour expliquer les résultats 2017 à notre principal banquier, et envoi d'une dizaine de factures.

L'après midi, je recois un vieux client, M. GIBERT de Cajarc, qui m'avoue boire le chevreuse que sur des becasses !! et je lui propose un vin plus adapté. Belle commande.

Breve averse de 20 mn puis travail de bureau, les salons, la fosse pedologique, puis discussion avec un professeur de géologie sur la nappe des corbières, et le caractère préservé de Mattes. Sur un domaine qu'il connait bien , a st emilion, le clos Fourtet ! les vins la bas sont vendus 4 ans à l'avance !! non non Mattes est différent. le clos Fourtet, 18 ha, 100 € la bouteille !

Un peu apres 17h, je file humer l'air et voir les vignes sur Fitou. Y a de tout, peu d'herbe, peu de plantations, mais des arrachages, et surtout des vignes complantées. La bas, les palissages sont plus rares.

Derniers e mails, et contact avec un homme de loi, puis e mail, il est presque 20 H.La journée s'achève. Je pense à un tres bon pâtissier, faisant à bon prix des gâteaux de qualité, de très grande qualité, et qui doit fermer faute de clients à fin juin. Mon Destin ? les Corbières ne se developpent pas, et j'ai été frappé par la myriade de petits domaines inconnues dans un rayon de 30 KM; A l'heure d'Amazon, de la pub, et du gigantisme, qui subsistera ???Même dans Sigean, qui se développe, les commerces semblent péricliter !!!