mardi 21 juillet 2020

21 JUILLET 2020 - FIN D UN MONDE ?

Presque 3 mois depuis mon dernier papier. Ce furent sans doute les plus actifs de ma vie, alors que je veux dételler...

Pourquoi la fin d'un monde ? d'un monde que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître...ce sera le fil conducteur de ce papier.
plus
Tout d'abord, les évènements ont surgi de toute part. Aussi bien de la France que de l'étranger. Qu'a t'on vu ? 

une nation qui se veut invincible, et la plus puissante du monde, mordre le tapis comme les autres, dans des incohérences locales, régionales, état, fédérales, totalement paralysantes. ceci est grave, a l'heure de l'efficacité.

du côté de l'Europe, dont le sommet vient de se terminer, on a vu deux choses apparemment contradictoires. D'une part, la profonde interdépendance des économies des pays. ceci n'est pas vrai seulement pour le tourisme devenu de masse et une industrie, qui sans la mobilité, n'existe plus, mais plus simplement parce que l'industrie automobile allemande a vu ses chaînes s'arreter, quand le nord de l'italie s'est arrêtée.

Inversement, les frontières fermées, il a fallu bien alimenter les commerces et les marchés. Les fraises sont donc venues de région parisienne, les asperges des landes, et 400.000 T de patates sont restés sur le carreau.

On voit que l'économie est une mécanique sensible, fragile, avec laquelle il ne faut pas faire n'importe quoi (ah vos nationalisations anté déluviennes, m. Mitterand, ah vos réglèments permanents les suivants...). Même la pharmacie s'est globalisée - ce que je voyais déjà à l'époque d'un voyage en asie en 1986), et reconstituer des filieres est quasiment impossible, autant demander aux éléves d'aujourd'hui de faire zero faute dans une dictée, ce qui était la norme il y a 100 ou encore 50 ans. Nous avons créé un monde partiellement incontrôlable. on observera avec malice que la seule chose qui a marché sans problème pendant cette grosse panne fut les barrages et les centrales nucléaires !

Certains professions se sont rapidement adaptées, comme les commissaires priseurs, qui ont organisé des ventes sur internet. Mais cela concerne peu de gens. Les livraisons de vin ont aussi été faites.

Il paraît que les gens ont bu ! etant confinés. Je ne le sais pas, même si j'ai lu différentes choses. La jeunesse n'avait plus ses fêtes, et ses réunions. Mais il est vrai que le vendredi, sur paris, je voyais les rayons bière et vodka descendre

Les vins ? je ne parlerai que de ce que je connais, et des chiffres que j'ai. Certes, en general, la première moitié de l'année est calme, les expéditions peu nombreuses, les ventes portant sur le vrac. Le vrac a été enlevé, parfois avec retard. Des stés ont revu leur contrat, si bien qu'a fin juin les ventes étaient à 72.000, contre plus de 200.000 en general. Les salaires sur la periode, avec les charges sociales, sans compter les autres achats, phyto, etc, c'est plus de 90.000 €

C'est dire si la situation n'était pas facile, et surtout inquiétante. Aussi, à partir de fin avril, j'ai fait le forcing, aidé par un signe du Ciel. Nous pouvions, nous pouvons expédier en Allemagne, Pays Bas, Belgique, directement, et à des coûts meilleurs que l'opérateur français, sans formalités. c'est une voie a explorer, a defricher, surtout que la TVA ne s'applique pas !

il convenait aussi d'être agressif aussi, je veux dire commercialement, j'ai revu drastiquement mes prix sur les USA, et une grosse commande est arrivée, en poussant, poussant, poussant.

Parallèlement, un certain rédémarrage se fait jour, les enlèvements reprennent, même si la distillation tarde. ce qui semble souffrir le plus dans notre clientèle, ce sont les restaurants, même si les nôtres sont locaux..

Nous avons aussi bénéficié du PGE, qui correspond a une année de remboursements de prêts. Nos remboursements annuels sont de l'ordre de 50.000 € chaque année. Parallèlement, les investissements ont été stoppés, et probablement, nous convertirons des surfaces au bio, et arracherons des vieilles vignes non productives. Naturellement, ce n'est pas une période d'euphorie, et les emplois que nous envisagions de créer sont en pointillés.

Mais un certain redressement se manifeste. a fin juillet, les expéditions sont supérieures à celles de l'année dernière, et d'ici la fin de l'année, la boutique devrait tourner. si peu ont cette visibilité aujourd'hui.

Car les dommages sur l'Economie semblent immenses, vus d'ici. Licenciements chez AIRBUS, dont le carnet de commandes de dix ans rendait invincible, AIR FRANCE, LUFTHANSA, et combien de chaînes commerciales, notamment dans la mode. Menaces sur l'automobile, au moins Renault, le bâtiment, car bcp d'entreprises n'ont pas pu (pu ou voulu) travailler pendant le confinement.

Donc fin d'un monde ! ceci a coincidé avec des circonstances privées, qui m'ont confirmé que le monde ancien était mort - enfin celui là - sans que revienne celui de mes 20 ans ! Madame n'a pas pu prendre sa retraite en février comme prévu, et la fille s'est mariée, avant hier.

Mille indices m'ont dit que le monde avait changé. je l'ai surtout vu en me rendant compte que je n'étais pas le grand ordonnateur - rôle que certes je ne cherche pas - mais voir en quelque sorte que les "tendances" sont maintenant autres et différentes. Sont elles meilleures ? voila mon dilemne, en penchant vers le non.

Hier, un viel ami, par l'âge et la durée, m'a demandé des nouvelles, et je lui ai dit que le mariage n'était maintenant qu'une cavalcade de collégiens, et il m'a rétorqué, oui, ils consomment. Et c'est vrai probablement. malgré les affichages bio, vegan, etc.

Oui, la famille n'est plus au centre du mariage, celle qu'on rejoint, celle qu'on va former. Les amis sont là, privilégiés, mais inconnus ? qui sont ils ? d'où viennent ils ? que font ils ? il y a à la fois des apparences, et le souci d'apparaître "cool" à tous les niveaux, sans que cela se traduise par des gestes concrets et frappants. Oui, les séries américaines en quelque sorte.

J'ai aussi observé que cette assemblée ne buvait pas à table. A peine pour 80 personnes, ai je ouvert 2 bouteilles de blanc, retournées entières après le déjeuner. On boit du jus de fruit, du coca cola, de la bière, le vin ou le champagne venant en apéritif !!

Mais où sont les fêtes d'antan ? plus simples et pleines de chaleur, ressourcantes, et sans apparence.

Ou va ce logiciel que je ne possède pas, mais qui semble gouverner la Chine, les USA, l'Occident en quelque sorte ? Boeing a bien eu trois crashs avant de se rendre compte que son logiciel ne marchait pas.

En cette année un peu spéciale, oui, j'ai un regret, de ne pas avoir visité quand ils sont vides tous ces lieux dont je rêve : Milan, Munich, Venise, et bien sûr Rome, avec qu'ils sont vides de leurs touristes.








 


Aucun commentaire:

Publier un commentaire