samedi 23 janvier 2021

22 JANVIER 2021 DEBUT D ANNEE;

 je ne saurais dire pourquoi ce début d'année est si étouffant, a tel point que ma tension artérielle me fait des surprises..

Oui, étouffant comme si on ne respirait plus, que l'air manquait, la liberté aussi. Pourtant je n'ai pas été immergé par l'enfance dans les voyages, les fêtes, les spectables, donc aucune mauvaise habitude de ce côté. Tout s'en ressent, de façon confuse. ainsi, il y a trente ans, à pareille époque, les galettes se succédaient à presque tous les repas. Là, deux auront suffi, comme si l'appétit et l'appétence n'étaient plus là.

Mais il en est de même dans tous les domaines, comme si le stress obligeait à fermer les écoutilles pour rester étanche. Naturellement, les nuits ont été mauvaises, mais même cela ne m'a pas affecté outre mesure. La nuit, gràce a Maps, je voyage, me renseignant sur les coins de France, l'arrière pays nicois, et l'Eure aussi, une nuit Chartres, sa cathédrale, ses vitraux m'ont tenu compagnie.

Certes, en quelque sorte, la vie garde son cours, j'ai fait mes prévisions de CA, de trésorerie pour 2021, mais cela a t'il encore un sens quand les inconnues sont si nombreuses : confinement ou pas, marchés, exports aux USA ou pas, taxes ? les cépages sont vendus, sans excès, pas de plantation cette année, il paraît que  les plants manquent !!

que sera la viticulture audoise dans 30 ans ? j'ai bien des craintes, quand je vois le prix des vignes raser le sol, par rapport à d'autres régions parties du même point. On voit qu'une plantation neuve coûter 30.000 € par ha, une vigne se vendre à la moitié ou au tiers !

Là aussi, tout est étouffant, et comme pour le covid, on se demande la raison de ce mal mystérieux, sans trouver un remède, une vaccination, sauf que l'on parle tout à le temps du covid, mais qu'on ne s'attache pas du tout à ce déclin marqué !

Paralysie, stress, réflexions sans fin, voilà notre ordinaire en cette période, avec des épisodes à venir. Du coup, les choses simples sont relaxantes. Faire des endives au gratin ce matin vaut bien une partie de chasse, ou un parcours de golf. Les choses simples de la vie. Il me manque quand même de marcher à ma guise, de voir la nature, d'aller et de venir. Certes, Internet offre des trésors insoupconnés. ou la radio avec des vieilles rediffusions, au long de mes nuits.

Pour ne rien manquer, il pleut et à verse ! irais je chercher une bouteille à la cave, ou me mettrais je encore à la cuisine, en ce samedi ?

Il y a une parole dans Nietzsche que je cite souvent, et que Trump cette semaine me fait redire : "Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort", mais diable, que de douleurs. Je réalise aussi à l'instant que l'élan, les projets d'avenir, l'imagination du futur, tout est stoppé, comme s'il était surtout impossible d'imaginer un avenir probable. La Mort nous guette elle ? sans doute, mais là, son poids est général, sauf peut être chez les teuffeurs et les incorrigibles optimistes ! ou provoque t'elle chez certains une fièvre de vivre a fond ? cette semaine, un chiffre m'a frappé, 1 million, oui 1 million de personnes ont quitté la Grande Bretagne depuis mi juin, tant à cause du corona que du brexit. En France, nous avons eu aussi moins de naissances, et bien sûr plus de décès. mais des pays comme l'Allemagne, l'Italie sont entrés dans des déclins démographiques forts, et pour le producteur de vin que je suis, ceci n'est pas bon signe non plus..

Oui, que de nuages noirs dans notre ciel !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire