dimanche 26 septembre 2021

 De retour du Domaine, où nous avons passé 10 jours de cette année riche, et imprévisible. Sur le chemin de l'aller, nous avons croisé le déluge ayant frappé le Gard . Dans ce pays plat, rien ne s'évacuait. L'usine Perrier de Vergèze était submergée, les routes du Sud étaient bouclées, et dieu sait pourquoi, les gendarmes faisaient remonter vers le Nord, vers Sommières, le centre de l'épisode !!! ou justement les routes plus étroites n'absorbaient pas les voitures..

Oui, les bêtises pour ne pas dire davantage ne manquent pas dans notre paysage, hélas. La Région vient d'attribuer au Domaine 300 € pour le gel du printemps dernier ! diable, nous irons loin. Mais elle semble dépenser des millions pour changer Port la Nouvelle, avec de nouvelles digues, dont nous ne savons rien, sauf que ce n'est pas pour l'huile de Palme.

Les Impots viennent de m'adresser un chèque républicain de 48 € après m'avoir adressé un mois plus tôt une injonction à payer les impôts locaux, et combien sûr, j'ai justifié de tout, donc ce remboursement !

Le 8 septembre, une pluie plus que bienvenue, de 60 mm a arrosé les vignes, qui n'avaient pas d'eau depuis mi aout, et si peu. Aussi, suis je étonné du vert des vignes, ici et ailleurs, qui témoigne que les vignes ont résisté mieux que prévu, surtout celles qui ont été travaillées. C'est une évidence partout où la pluie manqua. Y compris dans le Var.

Donc des vignes relativement bien. certes les grains sont petits. Mais mieux que les deux dernières années.  Du côté de mon point d'observation favori, la plaine de la Palme, c'est la même chose. Tres hétérogène. Des vignes desséchées, aux grains absents ou rabougris, voisinent avec des vignes moyennes, et les deux très belles, qui le sont comme d'habitude. Vignerons ? Sols ? vignes et âges ?

Dans ce septembre un peu bizarre, a lieu la primaire écologiste. Je suis effaré de voir une vice présidente d'université du Nord - le sud est plus actif dans l'anti covid - prêcher la fin des engrais d'ici 5 ans. J'ai subi, involontairement, cet essai par un ayatollah dans les années 2000. En 3 ans, le rendement baissa de 50%, et le domaine faillit ne pas s'en remettre ! et je me vois mal remettre des chevaux à Mattes, au prix où sont la main d'oeuvre et le vin. Comme disait le Général de Gaulle, on peut regretter le temps des lampes à pétrole et celui des équipages...

Au caveau défilent pas mal d'allemands retraités, résidents dans la région, ou voyageant, qui viennent par le bouche à oreille. C'est l'occasion de les entendre, de les écouter. A un originaire de Bavière je crois je vante la grandeur de son pays.  En 1960, l'Allemagne avait une agriculture faible. Aujourd'hui, c'est la première d'Europe. nous achetons nos cochons en Allemagne et en Espagne. Mais il me rétorque que les fromages français sont les meilleurs du monde, les plus variés, qu'en Allemagne, il n'y a que ce bleu insipide.

C'est vrai. Mais est ce la même chose dans le domaine des vins ? certes beaucoup d'appellations, mais combien à l'intérieur de chaque appellation de médiocrités ? voire de conneries comme des vins sans sulfites ? 

Nous fîmes bien sûr plusieurs dégustations, notamment une sur les mourvèdres. Les conclusions sont claires. Comme pour la musique de JS BACH "quiconque travaillera aussi bien fera aussi bien", disait il. Un autre jour, nous goutâmes 5 corbieres, plutôt de bonne réputation, de tous prix, jusqu'a 25 €. Je jugeais horreur 3 d'entre eux, un de bonne facture, un un peu a part, car atypique, et peut être à la conservation limitée.

Il y a beaucoup de points communs entre la production de vins, et la cuisine, beaucoup plus qu'on ne pense. sauf qu'en général, on cuisine pour peu de monde, tandis que vos vins doivent plaire, si possible au bout du monde, donc a des gens très différents.

L'expérience y aide, certes, mais aussi l'exigence et l'ambition. J'ai déjà dit dans ce blog que vers 1986 je dégustais ce qui était embouteillé par d'autres sous mon nom (et je le fais encore). Une horreur qui me poussa a vouloir embouteiller chez moi. le début d'une longue histoire.

Non pas que tous mes vins soient bons ou excellents aujourd'hui. Au contraire, je n'ai de cesse que de les vouloir meilleurs, et plus authentiques. d'où un nouvel essai de barriques pour le chardonnay. Par exemple, le clos redon 2020. Je le juge un peu inférieur à ses autres millésimes comme 2017, ou même 2011; Que sera 2021 ? mais je me sens honteux quand je vois le prix des crozes hermitage, st joseph, et autres, à 60 € la bouteille ?  mais un caviste suisse me dit que les côtes du rhone abusent (des prix) et que leur niveau baisse...

Oui, c'est une certaine joie que de voir ces Allemands venir au caveau, et en repartir contents et chargés. Mais pour répondre à des voix, est ce que c'est le fait du vigneron ? D'abord beaucoup de vignerons vendent plus et mieux que moi, sans que leurs vins me plaisent !!! mais il y a indéniablement un effet coefficient personnel, qui ne s'inscrit que dans les vins. Le vendeur joue aussi, peut séduire, déclencher. mais fait il revenir ? je suis allé à Terra Vinéa qui a maintenant un magasin bien achalandé. La vendeuse était charmante au delà de toute espérance. Mais je n'ai pris que les vins déjà "qualifiés", sauf une ou deux curiosités.

Les rumeurs courent depuis 35 ans sur le TGV. Ma femme me fait observer que je suis le seul à ne pas le considérer comme une menace !! il faut dire que rien depuis n'est venu démolir mes propos prophétiques de 1987 à ce jour, écrits lors de l'enquête publique. Elle me fait observer avec raison que ce qui importe, c'est que pensent aussi les autres, et comment ils voient le futur.

Le sol a bien vite reverdi, les arbres poussent, et j'aimerais avoir le temps d'en planter plus, et presque partout. Déménager fait se sentir étranger, puis reviennent les réflexes et souvenirs d'antan dans cette vieille maison, dont je n'aurais refait que le toit, sans marquer l'intérieur. ,

Oui, été étrange, avec les sous marins franco australiens ! mais plus énigmatiques pour moi sont les élections allemandes de ce soir, et surtout la vague souterraine qui semble parcourir les sphères du pouvoir chinois. Ten Tsio Ping avait dit en 1976 "qu'importe que le chat soit blanc ou noir, pourvu qu'il attrape des souris", et l'on avait vu  le pays complètement changer. Des milliardaires dans un pays dit communiste ? des midinettes acheter dix sacs de luxe français ? des voyages partout ? des projets partout. Même Hong Kong remuait. là, il semble qu'on veuille resserrer la bride. Mais est il possible de faire l'Histoire en marche arrière ? A bien des égards, la Russie d'aujourd'hui, après des lessives de 60 ans, koulak, lénine, staline, ressemble furieusement à la Russie de la période 1900, avec ses favoris, oligarques, et même les popes.

Le cap des 5 prochaines années est fixé, sauf accidents. Nous allons planter du viognier en 2022, puis sans doute du vermentino, en suivant. Côté vins, l'Apollon se developpe bien, après des débuts laborieux. Je réfléchis à un autre vin, en barriques, plus basé sur le mourvèdre et les cabernets. Oui, les projets ne manquent pas. Mais me désole cette région, je veux dire depuis Narbonne, où les paysages jadis pleins de vignes, sont maintenant mités, abandonnés, voire construits, comme si l'énergie de tous nos prédécesseurs était morte. Pourtant que de paysages magnifiques, de Pech Mao aux etangs, dont la terre ne vaut plus rien. Qui réveillera la Belle endormie ?

Parfois, le sol refleurit. Jadis, 30 ans,  le seul bon pâtissier du pays,de Port La Nouvelle, partit s'établir dans le Lubéron. Mais au fil des ans, d'autres sont arrivés, souvent très bons, même si moins célébrés que leurs confrères parisiens. Mais cette année, le fils Cayrol est revenu au pays !! et au moins deux de ses gâteaux ont gardé la qualité de jadis. Mais m'a t'il confié, je ne fais plus de financiers, car les gens ne connaissent plus ca, et n'achètent pas ! et les restaurants très rares il y a 35 ans sont maintenant très nombreux et très bons. Attirant d'autres vacanciers.  Changeons pour rien ne change !


 


lundi 23 août 2021

23 aout 2021; LES IMPERIALISTES SONT DES TIGRES EN PAPIER.

 Ces jours ci, pleins de lectures intéressantes, aussi bien sur la Comtesse Pastré que sur la Syrie invaincue de Bachar El Assad. sans oublier un sur les spoliations des oeuvres d'art appartenant essentiellement à des collectionneurs juifs, ou marchands, sous l'Occupation. Plus de 2000 ne sont pas encore restituées..Il est vrai qu'on s'y intëressat un peu tard de façon active...sans compter les résistances....quel épisode lamentable. Approfondi le 16 mars 1959, épisode peu connu de notre Histoire avec Benjamin Stora, qui se refuse à applaudir, ni à dire les résistances d'alors, sans parler des tentatives de l'OAS plus tard...

Mais o combien plus lamentable, honteux, tragique ce retrait d'Afghanistan !!! encore la chanson de Marlborough serait exacte, celle qu'on chantait jadis dans les patronages à la Tati : Marlborough s'en va en guerre, ne sait quand reviendra..il reviendra à Paques ou à la Trinité...La Trinité se passe, Marlborough ne revient pas...et là, le fameux refrain : ah il fallait pas qu'il aille, ah il ne fallait pas y aller...

Je l'ai dit jadis à propos du Vietnam, de l'Afghanisthan version russe. la version américaine fut dans un sens pire, même si sans doute, la chair américaine fut plus préservée.

Voilà un peuple, heureux et presque occidental en 1968, quand Pompidou le visite. Heureux même lors de la libération de 1996 par Massoud et l'Alliance du Nord...puis ce meurtre en 2001, après notre lâcheté déjà à le soutenir, 5 millions d'émigrés depuis, au minimum, et maintenant, après une invasion aussi mécanique que gigantesque, un retrait dans le désordre.

On retrouverait ici les mêmes erreurs que pour l'Irak, la Syrie : multiplication des cercles de décision, paralysie de l'action, changements permanents et mauvaise analyse de base. Bref, la discorde chez l'Ennemi.

Pour moi, quand même, beaucoup de mystères, sinon de questions : qui arment et paient ces talibans ? le Qatar ? les sunnites en general ? pourquoi Moscou applaudit ? la Chine n'a pas l'air inquiète. L'Iran chiite non plus, avec 3 millions de réfugiés qu'il faudra bien renvoyer.

Dans tout ceci, on voit l'efficacité de la méthode Richelieu, un but, une méthode : des services secrets, et payer les ennemis. Combien aura coûté cette guerre ? il y a quelques années, j'avais vu plus de 2000 milliards de $. C'est comme, oui, si on avait donné 500.000 $ à chaque afghan !! et l'OTAN si bête a osé se mêler de ça.

Quel sera le prochain conflit ? Iran Arabie ou Pakistan Inde ?

jeudi 5 août 2021

 5 aout - séjour estival à Mattes. de Tout et de parfois Rien.

Voici 14 ans que j'assume l'intérim à Mattes, dans ce lieu qui ne change guère et semble en dehors du temps. Et pourtant. Chaque fois, je fais des observations utiles, différentes. Il faut dire que c'est la seule période de l'année, où je ne suis pas isolé chez moi, et ce dépaysement me fait du bien.

Année après année, les visages des hotes dans les gîtes changent. Maintenant, c'est AIRBnB qui nous amène le plus grand nombre de clients, notamment étrangers, allemands, suisses. Au caveau, aussi, les étrangers sont nombreux, peut être moins cette année. Hier, j'ai fait un tour dans le voisinage, Sigean, Narbonne, oui, rien ne semble changer. Immobilisme ou éternité ?

Cette année COVID, la deuxième. Mais au moins nous pouvons bouger. Mais le restaurant de Narbonne ne nous a pas demandé nos pass sanitaires. et a aussi changé sa carte des vins !! quel malheur ! le viognier que je voulais comparer a celui de Mattes devait être un infâme grenache blanc pas mur !

Hier, au caveau, j'ai eu la visite de deux véliplanchistes - par hasard - de la Palme, inactifs faute de vent. Ce qui est rare dans la région. Oh oui, c'est une année bien spéciale, avec du gel certes au 8 avril, une sécheresse pas possible depuis l'hiver - moins de 200 mm à ce jour - et des températures qui ces jours ci sont de fin septembre !!!! samedi, puis hier encore, nous avons eu 25 mm de pluie. Il était temps car la végétation et les vignes souffraient.

Les parisiens, alsaciens, bretons se plaignent du temps de cette année, et c'est vrai que Paris bat des records de froid. La Bourse pendant ce temps bat des records de hauteur.

Comment est l'année pour Mattes ? les trois premiers mois furent nuls, c'est  clair. Une seule commande étrangère ! ensuite, les choses reprirent, sauf le caveau. A fin juillet, le CA cumulé est meilleur que l'année dernière, mais moins bon qu'une année normale. On pourrait dire que les importateurs etrangers ont baissé la voile, les restaurants aussi, mais que les particuliers en expédition ont bien monté. Tout ca d'ailleurs est assez cohérent, vu la désorganisation du commerce et des restaurants un peu partout. Plus que jamais je ressens le besoin de ne pas reposer sur un seul pied : GD ou restaurants ou importateurs etrangers, mais de travailler tous azimuths, comme au bon vieux temps.

Pour des raisons pratiques, j'ai même un peu serré les vannes côté vrac -refusant une cuve de 250 hl a 150 - car j'ai peur de manquer en 2022 avec le gel. Nous verrons; Il faut dire que nous partions d'une année "petite" 2020, et que les stocks sont loin d'être excessifs.

Surtout, autour, ce qui est frappant, c'est que les vignes septentrionales ont eu trop d'eau, vallée du rhone, lyonnais, savoie, jura, alsace, et même des maladies detruisant les raisins. franchement, une année comme je n'avais jamais vue, type 1983, Bien désolant. 

Au cours de cette année de confinement, j'ai aussi pu prendre plus de temps, pour m'occuper des rézo sociaux. Il faudrait que je fasse "mieux" le google, car si on a des données sur nos clients, on peut bcp mieux faire, et même devancer leurs besoins. Il y a certainement qq chose à inventer, qui n'existe pas, mais qu'on doit préparer ou mettre en oeuvre. Instagram est un outil, mais il y en a bien d'autres, comme la news letter. Il faut aussi informer nos partenaires naturels, metteurs en marché, banques, et sans doute dans quelque temps, un troisième cercle.

En un an, 100 personnes - je ne sollicite personne et j'ai tendance a refuser les invitations non conformes - se sont inscrites sur le site de Mattes.

Bref, si la vendange est "normale" et que la situation covid soit sous contrôle, Mattes pourra avancer sur de bons rails.



le 4 aout, après l'épisode de petit orage.

dimanche 4 juillet 2021

 4 JUILLET 2021;



Des observations en tous sens. IL aura fallu six mois pour un changement de forme juridique, passer d'une exploitation individuelle à une forme societé. Si je compare ce rédémarrage au démarrage fait il y a 35 ans, les choses ont incomparablement changé.

en 1985, il avait suffi d'ouvrir un compte bancaire, en deux jours, et faire un an plus tard un K bis ! bref une déclaration de démarrage pour le fisc et la MSA;

Là, après 35 ans de loyale et bonne activité - juste touché le découvert une fois en 25 ans - un endettement raisonnable, une situation assez favorable comparée au début, les choses ont duré au moins six mois, et durent encore, pour franchir les formalités, oui les formalités.

Pourtant c'était alors les années Mitterand...et nous avons eu le libéralisme en principe depuis 20 ans ! qu'est ce qui fait la différence ?

Les formalités sont devenues très nombreuses : greffe, declaviti, msa, fda, ..le record étant une ouverture de compte qui a pris 3 mois, là où on nous connaît depuis 35 ans, je ne parle pas des documents divers en tous genres, cautions...

Bref, épouvantable. et pourtant j'ai l'expérience de creations de sociétés hors agriculture. en 3 semaines, max, les statuts faits, la société peut fonctionner ! Pourquoi cette différence ?

L'agriculture s'est complexifiée - davantage réglementée, dans tous les domaines, droits de plantation, subventions Europe, Plus l'informatique. En même temps, les banques dites agricoles ne le sont plus vraiment, les agriculteurs et vignerons n'existent pour ainsi dire plus, sans parler les coopératives qui fusionnent, disparaissent. Oui, un monde a changé. combien d'exploitations ont disparu ou changé de propriétaire, Villefalse, Lastours, Rocbère - autrefois la meilleure coop des Corbières - a fermé deux structures. Je suis frappé sur l'autoroute, après Narbonne, vers l'Espagne, que les vignes s'éclaircissent de plus , alors que d'autres régions affichent leur développement, même Beziers. Ne parlons pas de Sancerre, et de Châteauneuf du Pape;

cela apparaît dans les prix des terres et vignobles ! les corbières sont toujours les dernières, le prix n'ayant pas changé en francs courants, alors que...

Noagn, non, je ne sais pas à quel saint vouer la région ? a St François Régis, parti évangéliser mes montagnes natales !!

Pour ma part, ai je fait avancer les choses dans la région ? le coin ? non non, en toute modestie je ne le crois pas. va t'on mourir faute de lucidité ? que faire ? c'est pire que le covid !

le vin, sa consommation aussi a changé. les prix aussi, terriblement. là ou les tres bons vins de mon enfance et adolescence ne dépassaient 10-15 FF - pour un gevrey chambertin, voire 20 FF pour un champagne, ce qui signifierait maintenant 15 € de nos jours, quel vin ne les atteint pas ?

sont ils devenus meilleurs ? j'en doute. 

La société aussi a changé...tout fout il le camp ? j'aurais tendance à le penser. Sans remonter à Khadafi ou Bygmalion, les élections de dimanche dernier en témoignent aussi. jadis, les conseils généraux étaient suivis...Il faut dire qu'ils étaient concrets, s'occupant essentiellement des routes..maintenant de quoi s'occupent ils ? du fleurissement des villages ?

L'essence augmente fortement. Pourtant le pétrole en un an n'a pas bronché, de 65 à 75 $ le baril. 

Allez, remettons nous au boulot, qui ne manque pas, vu les non réponses de partout........... ah si, madame a eu sa retraite en moins de deux mois ! plus simple que comme salarié pour mon. cas en 2017. Mais son remboursement de lunettes mérite d'être rapporté : 3 x 0,03 € sans doute pour monture et deux verres, voila le 3, pour 1800 € de payé....si cela n'était risible, on en pleurerait, n'est ce pas Monsieur de La Fontaine.

dimanche 9 mai 2021

9 mai 2021, des grands hommes, des grands vins, et de l'humeur du temps.

 Cette semaine fut très curieuse dans mon existence, et je ne saurais pas par quel bout la prendre, en ce dimanche matin. Il a fait froid, et maintenant, la chaleur est là, avant de disparaître. Certainement aussi, les commémorations, nombreuses. Napoléon certes, Jeanne d'Arc un peu oubliée, en tout cas, je n'ai pas vu les fêtes d'Orleans, Mitterand pour demain, mais la semaine fut pleine de souvenirs de lui, et du 10 mai 1981; mais qu'il fait petit à côté de Bonaparte, même pour ses partisans qui célèbrent plus l'Homme que le Président. Sic transit gloria mundi, et même la lumière, chère à Jacques Lang.

Mais je m'éloigne de mon sujet, qui est le vin. Un de mes relations, 32 ans pourtant, cherche à apprendre les oeuvres d'art, les coups d'oeil, la qualité, le beau du faux. Vaste programme, d'ailleurs louable. Il me confie de même son inculture en matière de vins, alliant allègrement le fromage de chèvre au Pauillac. O Liberté, que de crimes on commet en ton nom !

Il me conseille ingénument de faire des tutoriels, sur les alliances plats et vins. Je fait ça un peu naïvement sur instagram, mais quotidiennement j'y fais grande attention, avec même un côté maniaque. 

Par exemple, vendredi, cherchant chez un caviste un Grange des Pères, dont le propriétaire et vigneron vient de mourir prématurément, apparemment de mort volontaire, je ne l'ai pas trouvé, mais pris un corbières bio, issu de st laurent de la cabrerisse.

Il était quasiment nul, pas mauvais, mais sans caractère, digne de coca cola, que je ne bois jamais. Un peu sucrailleux, sans attaque, sans bouche, un vin neutre, oui sans caractère. Soyons justes, du coup, le lendemain, au déjeuner, je l'essayais de nouveau, sur ca :



Ca ne marchait pas, ni meme un pinot du maconnais, donné par mon frère, mais manquant largement de concentration.

je me tournais donc vers Mattes, et en ce jour 8 mai, marquant le 13° anniversaire de sa mort, j'ouvrais une bouteille de

 

 

c'est à dire du Chevreuse 2008; Rien de comparable, on sent la matière, les tanns, un boisé réel, une présence, un caractère ! le soir, émission intéressante sur ARTE, où l'on parlait des bonobos, des chimpanzes, de leur capacités d'empathie, d intelligence, de leur soif d'égalité parfois, bref des choses assez étonnantes.

eh bien, pour les tableaux surtout, c'est la même chose que pour les vins, il faut la voir ou la boire avec empathie, descendre en elle, analyser instinctivement, et rapidement, et tout apparaît à la lumière.

donc après ce gel, ces recherches, une bonne étape sera de goûter mes voisins, ou les têtes de cuvée, et voir s'il est possible de faire mieux.  Toujours avancer. et faire avancer. le temps est court.
 

samedi 1 mai 2021

1ER MAI 2021

 Pendant longtemps, sans doute de l'apres guerre à 2010, le 1° mai était une fête laïque populaire, avec une tonalité différente du 8 mai qui le suivait, plus patriotique. Dans les années 1970, sous l'impulsion de Georges Seguy et Edmond Maire, suivis par André Bergeron, la question était de savoir si les deux confédérations défileraient ou non ensemble. Bergeron défilait à part, car inféodé à Washington, tandis que la CGT obéissait à Moscou.. La CFDT se posait des questions !

Aujourd'hui, tout ceci est oublié. Certes, il y aura un "grand" défilé cet aprem à Paris, et sans doute à Marseille, mais la fièvre syndicale semble appartenir au passé. A part quand elle affecte les transports publics à Paris.

Est ce bon ? est ce mauvais ? je n'en sais rien. L'Histoire semble oubliée. On a à peine entendu parler du 150tenaire de la Commune, qui ne fut pas rien. Et je crois bien que la mort de Napoléon  va elle aussi passer à la trappe. L'année dernière, la défaite totale de 1940 fut presque enterrée, comme le cinquantenaire de la mort du Général de Gaulle.

Peut on pourtant se passer d'Histoire ? que diront les français de 2051 de cette épidémie ? aura t'elle été un tournant ? pour l'instant, on ne sent que le souci de la vaccination, et de l'autre, du retour à une vie normale, c'est à dire pour beaucoup aux voyages, vacances, jours fériés.

Et bien, cette année, alors que c'etait l'obsession d'avant, personne ne se demande " vous faites quoi le 1° mai" et les routes seront presque désertes. ! Je me souviens d'une année être parti vers le sud, et des bouchons de Macon à Orange. Il faisait 26°C ! je dois retrouver qq part les photos de st tropez en fleurs.

Parlera t'on du monde d'avant comme j'entendais les grands pères parler de leur guerre de 1914, et la génération des parents de la leur, comme une obsession ?

Le muguet, fidèle, est là, dans le petit jardin, avec de belles clochettes. L'année dernière, il avait fleuri pour le 1° avril, et les roses étaient apparues pour le Premier Mai. 

Avril a heureusement été meilleur côté ventes que les trois premiers mois. Là aussi, l'amplification de certains mois est de plus en plus forte, fin d'année, période été. Dans ces montagnes russes, comment avoir une approche rationnelle sur le futur du Domaine ? c'est à dire fixer une politique d'investissements sur plusieurs années. La priorité est clairement la survie, commerciale, et la trésorerie. Les taux d'intérêt commencent à remonter. En 1985, pour l'agriculture, les  courts termes étaient à 12 %. on reparle d'inflation dans certains secteurs, bref quel va être le futur immédiat ? 

Jamais, dans ma vie vigneronne, l'horizon et l'atmosphère n'ont été aussi obscures. Les yeux ont beau scruter, ils ne voient rien. Jadis, quoiqu'on en pense, la visibilité était meilleure. Stocks, prix des vins, régularité des récoltes, pas de maladies inconnues, négociants stables. Le souci était les importations de vins d'Espagne. Une barrique Boutes valait presque rien. 

Ma belle mère me parlait des propriétaires de son époque, les importants. Les Guiter aux Campets, Les X à Lastours, plus M°Marcuello à Villefalse. Qui reste t'il aujourd'hui ?

Hier, regardant le site d'un de mes voisins, j'ai vu que l'époque 1945-2004 était entièrement passée sous silence. Il est vrai que cela pourrait surprendre de voir des capitalistes succéder à un monsieur que je rencontrais une fois, en 1987 je crois, impressionnant par son parler stalinien et sa volonté. Et sa Banque a disparu dans la fièvre des dénationalisations de 1988. 

Malgré les vagues qui parfois nous submergent, la cuvée Chevreuse 2019, à embouteiller fin mai, aura le nom d'un marin, d'un chef d'escadre. Propriétaire de Mattes il y a 250 ans. J'appris sa vie par un pur hasard, au hasard d'un vieux livre trouvé à Mattes sur lequel courait son écriture. Puis un jour, un chercheur me telephona et me parla de lui. Plus tard, je trouvais d'autres documents de lui, en ventes publiques. Il sut se battre comme un lion, sur les mers des amériques et des antilles. Eh bien, avec cet exemple, Mattes doit lutter encore et toujours.

Que sera l'été ? il va falloir réanimer le caveau, repenser la signalisation, voir si notre politique de prix est cohérente - des voisins vendent à des prix trois fois supérieurs - et si nos objectifs sont cohérents, rentabilité et pérennité. Bref, cent fois sur le métier, remettez votre ouvrage, polissez le  sans cesse....Les arbres que j'ai plantés en 2000 sont maintenant grands, il en faut planter d'autres, Idem pour les plantations...idem pour notre organisation...Il faut que tout change pour que rien ne change..

MAI 2018










.et mai 2020, quelques vues de Paris confiné !! 









lundi 12 avril 2021

8 AVRIL 2021 /GEL

La TV exploite actuellement, sur toutes les chaînes, françaises et autres, le filon policier. J'avoue que je ne regarde aucune série ! la serie vigneronne me suffit.

Nous en avions terminé, la comptable et moi, la comptabilité 2020. Certes, ca marquait une amélioration par rapport à 2019, horrible. Les ventes avaient alors atteint un minimum, la production aussi. Mais 2020, malgré la crise, le COVID, et un rappel MSA marquait une nette amélioration. Presque inattendue.

Ce mercredi soir, j'étais presque serein, je travaillais sur le compte d'exploitation, voir ce qu'il fallait faire pour l'améliorer, et je jugeais le retour à  rentabilité accessible sans trop d'effort. Certes, il en faut toujours.

Les jours précédents, étonné par le froid, j'avais consulté les prévisions météo, et vu depuis dimanche qu'en effet le val de loire, l'alsace risquaient d'être touchés.

Le 7 au soir, je dormis mal. Un pressentiment ? à 9H, le 8, un whatsapp du domaine, indiquant que le domaine était gelé, et que je serais rappelé en fin de matinée.

Entre 9H et midi, sous un calme apparent, et même voulu, je fus extrêmement nerveux, envisageant toutes les hypothèses. Bien sûr l'information manquait, aucun journal, aucune radio, et même internet...j'avais déjà noté qu'en ces circonstances, l'information urgente arrivait mal, ou pas du tout. Ce fut encore une fois vérifié. Il fallait aller a la pêche. La Bourgogne fut la plus rapide..

Certainement la matinée la plus longue de ma vie, même si j'ai souvent traversé des circonstances difficiles.. Dans ces moments là, le temps s'étire, dure, pèse, s'étale, comme s'il voulait donner le poids maximum.

A midi, c'etait clair. 5 ha bien gelés, une dizaine de plus touchés. Disons 500 hl, 100.000 €; pas assuré, et ça, je l'avais décidé, car l'assurance est bien chère, 13.000 €, pour des remboursements ridicules où il faut se battre...

Certes, ca ne rend pas les choses faciles en cette période, et la vie plus facile pour un ou deux ans. Mais fort de la conviction très profonde qu'à peu de choses près, 2020 eut été rentable, pourquoi ne pas affronter 2021 et ses difficultés inévitables.

Bien sûr, le soir, à la TV, je découvris cette France qui avait gélé, pas seulement la viticulture, mais les fruitiers, les betteraves, et même paraît il, les figuiers. Peu à peu, dans l'aprem, j'avais appris qu'il avait gelé aussi dans le Var, sauf à St Tropez, presque ile épargnée. Peut être aussi à Fitou, mais que le gel avait été général dans le val de loire, bordeaux, vallée du rhone, languedoc.

dans mon orage intérieur, le matin, je regardais les prévisions météo encore disponibles. Mattes était marqué à +4°C.


que s'est il donc passé ? eh bien, comme dans bcp d'endroits du coin, le vent a tourné, vers les 5 H, passant du marin au nord, et donc devenant plus froid.

Sic transit vinum urbis !! un coup de vent, un pet du ciel ! décidément notre monde devient vraiment dangereux.



dimanche 4 avril 2021

4 avril 2021 - MAIS OU SONT LES PAQUES D ANTAN ?

 Depuis le 9 mars, les choses n'ont pas été plus simples, mais l'avancement s'est poursuivi. Nous sommes maintenant dans les comptes de 2020, avant de plonger plus avant dans les choses commerciales, car en ce début, si les vins sont vendus sur le papier, l'argent part plus qu'il ne rentre.

et chose étonnante, 2021 semble ressembler exactement à 2020. Voilà déjà un an que les choses durent ! quels sont les secteurs qui tournent encore comme avant : l'immobilier, qq services type comptables,es, les ventes aux enchères,  mais combien d'autres a l'arrêt : tourisme, restauration, voyages, sans compter les impacts insoupconnés type trouver un container entre la chine et l'europe, sans  parler des vaccins !

 Néanmoins, le printemps revient, avec la vie éternelle, les jonquilles sont là, les rosiers aussi, malgré ces témpératures en bascule, et   une sote de nostalgie me revient, en voyant les changements de la Vie, en soixante ans.

 Le côté religieux des jours était plus marqué. Les vacances scolaires, certes, 2 semaines toujours. Mais une foule d'obligations que ma mère encadrait et marquait ! confession obligatoire - faire ses Paques - cérémonies diverses, avec l'église pleine, comme le jeudi saint, ou la procession des Pénitents, achats d'oeufs pour quelques connaissances et la maîtresse d'école. Les patissiers changeaint aussi leurs gâteaux, comme maintenant les couturiers font leur saison. IL y avait d'abord des brioches spéciales, appelées pantins, ressemblant à une silhouette humaine. Les etals s'emplissaient de nids, de gâteaux a la creme au beurre, ou s'égayaient des oiseaux et des oeufs. Les plus sages et les plus riches avaient parfois droit à des oeufs garnis, ou des cocottes, choses qui sont devenues populaires après 1968 dans la sté de consommation. Paques était aussi l'occasion d'un déjeuner familial, les familles des trois soeurs, soit de 13 à 22 personnes. Ma mère se chargeait habituellement des entrées (vols au vent en general), ou de la viande (civet). Paques aussi était la saison des étrennes pour les enfants, comme pour le Nouvel An. En général, 1F, voire 5FF, voire 10 FF, c'est à dire l'équivalent de 30 €. IL était aussi de coutume de toujours porter quelque chose de neuf pour Paques, et en general, c'etait chaussures ou veste. Mon père, un pull ou un costume nouveau. Ma mère, souvent un chapeau.

Pâques était aussi la saison, parfois, des morilles. Profitant de mes vacances scolaires, ma mère m'emmenait vers ses coins d'enfance, où, si la pluie et la chaleur avaient été suffisantes, il n'était pas rare de trouver de magnifiques morilles, tandis que pas très loin, un vieux train passait. La morille frâiche qu'on faisait simplement en omelette ou à la crème avait un goût incomparable.

 Plus tard, les expéditions se feront plus lointaines, soit vers la Vallée du Rhône ou la plaine du Forez. Sur les montagnes quelque neige coiffait les sommets. et peu après, vers les prés du chambon sur Lignon, c'etait de longues colonnes de ramasseurs de jonquilles ! Il y avait une sorte de coutume d'aller le lundi de Paques manger une friture d'éperlans sur la Loire, bordée de restaurants. Le cuisinier prenait sa barque au moment du repas, jetait ses filets, et revenait pour nous régaler. Jamais mangé qq chose d'aussi bon ! sans écolo !

C'est dire si aujourd'hui, covid ou pas, la vie est bien différente !!

 

mardi 9 mars 2021

NOUVELLE ETAPE /CHANGEMENT FORME JURIDIQUE/ 9.03.2021

 A l'attention de tous les vignerons qui voudront suivre le même cap, de tous les indépendants qui voudront créer leur sté, je tiens à livrer ces quelques lignes.

La forme sté est peu utilisée en agriculture, c'est même rare et antinomique. Pourtant, cela devient commun pour de multiples raisons, la principale étant les règles impérieuses qui régissent la MSA, et souvent le monde agricole, depuis Pisano, en 1963. Oui, les choses ne doivent pas avoir bougé en 60 ans.

Un exploitant agricole, à la différence d'un retraité "normal", ne peut pas prendre sa retraite sans complètement cesser son activitié.

Certes, il y a des subterfuges, type le fils s'installe, et le père aide. Mais si pas de fils ? ou une plus grande famille ? eh bien on crée une sté, en général la SCEA.

J'avais créé bien des stés dans ma vie, en général foncières ou commerciales. La dernière, en 2008, m'a pris moins de 3 H de mon temps, et coûta 300 €, annonces légales comprises.

Là, rétrospectivement, et c'est loin d'être achevé, j'aurais passé un peu plus de 2 ans à mettre en oeuvre, et quasiment 5 mois de formalités. Les comptes bancaires ne fonctionnent pas encore un mois après le dépôt des pièces !

Tout d'abord, il convient de faire un avant projet, examiner la faisabilité, envisager des statuts. De ce côté là, plein de possibilités, de choix existent.

il faut ensuite faire valider ces statuts, mais surtout lancer la machine, c'est à dire savoir quel capital sera engagé, et venant de qui, ce qu'on appelle les apports. Et là, c'est un marais plus que mouvant !!!

quelle valeur pour les vignes ? ah bien Monsieur, cela depend de leur age et du bail ! du bail ? oui, oui, au bout de 15 ans, les plantations (c'est à dire les vignes) appartiennent au bailleur, sauf s'il vous paie une indemnité ! le bailleur est supposé avoir fait les plantations !! bon nous verrons ca. ensuite, peut on évaluer le fonds de commerce ? ah non, pas de fonds de commerce. Même si vous vendez directement 150.000 € par an directement ? non non ca n'existe pas  sauf sauf...

Une fois tous ces obstacles franchis, se pose la question du dépôt des formalités. C'est le CFE de Carcassonne, qui est compétent, et les formulaires multiples, MO, M2, liste des bénéficiaires effectifs, bail, convention de mise a disposition, etc, annonce legale. C'est à ce moment que commencent les vraies difficultés.

CFE a une vision agricole des choses, c'est à dire quelle est l'ancienne exploitation, son cvi, etc, les douanes. Mais la vraie immatriculation est faite par Narbonne, le tribunal de Commerce, qui a une toute autre vision, et un formalisme différent.

Bref, il fallut 8 jours pour Carcassonne, j'eus le feu vert le 17, je préparais tout pour Narbonne, hélas, Noel, Covid, surcharges, erreurs, tout traîna jusqu'au 26/01/2021, où j'obtins le numéro SIRENE.

Ce même jour, je contactais nos banquiers, pour ouvrir un compte au nom de la nouvelle sté...au 9 mars, rien n'est achevé de ce côté. J'ai un seul nouveau RIB sur deux, et j'attends encore pour l'EDF.....ne parlons pas des anciens prêts...

Mais il y a bien encore bien d'autres obstacles à franchir : la nouvelle immatriculation douanes, bien sûr la MSA qui n'a pas donné signe de vie, et les homologations type exports, pour les USA, etc. 

Bref, sans compter les centaines d'heures passées dessus, le coût total est d'environ 3.000 € !!!


samedi 20 février 2021

20 FEVRIER 2021....20/02/2021

Le covid, en nous obligeant soit à ralentir nos vies, nos projets, nos élans, ou à partir dans un autre sens, aura de profondes conséquences.

On s'est rendu compte essentiellement de deux choses. Tout d'abord que la vision de la vie, son goût n'étaient  pas les mêmes pour tout le monde et, comme la Fontaine, s'ils ne mouraient pas tous, tous étaient frappés. Deuxième chose, que les ressorts ou les armatures des humains avaient bcp changé en 50 ans, sans vraiment qu'on y ait réfléchi, et qu'aujourd'hui, plus rien ne serait jamais comme avant.

Pour le premier point, a mon étonnement, des gens que je considère raisonnables sont pourtant en ce moment au Mexique, pays des plus contaminés au monde, mais ouvert aux touristes. Les stations de suisse pratiquent le ski, et hissent les clients aux sommets en taxi. l'Autriche, après une période libérale, ferme tout. Madrid fait la fête, Barcelone le blocus. L'Italie rouvre ses musées, ses restaurants. Des gens privilégient la fete, d'autres les vacances, à tous âge, à tous prix. d'autres font face, qui dans les hôpitaux, qui dans l'industrie. L'école continue de gémir de son manque de moyens. Je gémirai plutôt de son manque de résultats. On a même vu des juges et des policiers faire bombance ensemble. Pour ma part, je trouve que le gouvernement est allé un peu trop loin, excédant son rôle, en prenant des mesures parfois trop générales : couvre feu à 6h, alors que Barcelone est à 9H, épisode du masque obligatoire, plages interdites, etc.

Le second paradoxe  est que j'ai vu, sans doute d'autre aussi, que si nous ne luttions pas, de toutes nos forces, nous risquions d'être emportés dans la débacle ou la fonte des glaces, bref, qu'il fallait vivre, et fortement, mais dans une direction différente d'avant : l'effort de vie, l'instinct vital.. les gens, à la sortie, quels qu'ils soient seront plus exigeants ou moins faciles.

Deuxième point, les choses ont profondément évolué, notamment les moeurs, en 50 ans. Comment expliquer autrement le surgissement de ces affaires d'inceste et de moeurs, dans des familles souvent recomposées de haut vol, parfois hérauts de la Révolution. Les grenades éclatent dans toutes les institutions : églises, scouts, monde du spectacle, mairie de Paris. Imagine t'on que le Parti Socialiste est en train de licencier les 2/3 de ses salariés ??? que Marine le Pen vient de suivre un stage pour l'élevage des chats ??? oui, tout est fou, mais aussi cruellement logique. Les neurones sont mal canalisés, et c'est maintenant général. Trump a fait des émules. Pour ne pas l'accabler, citons les patinages pour la vaccination en France. Il était évident début décembre, fin aussi, que nous n'aurions pas 100 millions de doses d'ici fin mars 2021, et peut être d'ici décembre 2021 ! malgré cela, on a voulu désigner les médécins, qui ont autre chose à faire, grands vaccinateurs, puis ensuite les pharmaciens. Pendant, ce temps, la Grande Bretagne, a vacciné 8 fois plus de gens, l'Italie aussi (mais les choses étaient gérées par un militaire). Espoir, les USA voient le nombre de morts décroître rapidement !

Il va donc falloir apprendre à vivre dans un monde mouvant, profondément instable, peuplé de fous ou de malades, avec des tendances fort différentes. Il faut tout penser différemment, et par exemple, pour un vigneron, penser vins blancs. J'ai été étonné par le portrait du meilleur viticulteur du Languedoc, et son parcours en 30 ans. C'est tout sauf un vigneron classique, il a souvent fait à l'envers de tout le monde, et même du bon sens. Mais aujourd'hui, le but est là. ah au fait, il faudra que je goute ses vins, biodynamie ou pas. Il a un nom facile à se rappeler pour moi qui n'ai plus la mémoire des noms propres : Monsieur Fadat.

samedi 23 janvier 2021

22 JANVIER 2021 DEBUT D ANNEE;

 je ne saurais dire pourquoi ce début d'année est si étouffant, a tel point que ma tension artérielle me fait des surprises..

Oui, étouffant comme si on ne respirait plus, que l'air manquait, la liberté aussi. Pourtant je n'ai pas été immergé par l'enfance dans les voyages, les fêtes, les spectables, donc aucune mauvaise habitude de ce côté. Tout s'en ressent, de façon confuse. ainsi, il y a trente ans, à pareille époque, les galettes se succédaient à presque tous les repas. Là, deux auront suffi, comme si l'appétit et l'appétence n'étaient plus là.

Mais il en est de même dans tous les domaines, comme si le stress obligeait à fermer les écoutilles pour rester étanche. Naturellement, les nuits ont été mauvaises, mais même cela ne m'a pas affecté outre mesure. La nuit, gràce a Maps, je voyage, me renseignant sur les coins de France, l'arrière pays nicois, et l'Eure aussi, une nuit Chartres, sa cathédrale, ses vitraux m'ont tenu compagnie.

Certes, en quelque sorte, la vie garde son cours, j'ai fait mes prévisions de CA, de trésorerie pour 2021, mais cela a t'il encore un sens quand les inconnues sont si nombreuses : confinement ou pas, marchés, exports aux USA ou pas, taxes ? les cépages sont vendus, sans excès, pas de plantation cette année, il paraît que  les plants manquent !!

que sera la viticulture audoise dans 30 ans ? j'ai bien des craintes, quand je vois le prix des vignes raser le sol, par rapport à d'autres régions parties du même point. On voit qu'une plantation neuve coûter 30.000 € par ha, une vigne se vendre à la moitié ou au tiers !

Là aussi, tout est étouffant, et comme pour le covid, on se demande la raison de ce mal mystérieux, sans trouver un remède, une vaccination, sauf que l'on parle tout à le temps du covid, mais qu'on ne s'attache pas du tout à ce déclin marqué !

Paralysie, stress, réflexions sans fin, voilà notre ordinaire en cette période, avec des épisodes à venir. Du coup, les choses simples sont relaxantes. Faire des endives au gratin ce matin vaut bien une partie de chasse, ou un parcours de golf. Les choses simples de la vie. Il me manque quand même de marcher à ma guise, de voir la nature, d'aller et de venir. Certes, Internet offre des trésors insoupconnés. ou la radio avec des vieilles rediffusions, au long de mes nuits.

Pour ne rien manquer, il pleut et à verse ! irais je chercher une bouteille à la cave, ou me mettrais je encore à la cuisine, en ce samedi ?

Il y a une parole dans Nietzsche que je cite souvent, et que Trump cette semaine me fait redire : "Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort", mais diable, que de douleurs. Je réalise aussi à l'instant que l'élan, les projets d'avenir, l'imagination du futur, tout est stoppé, comme s'il était surtout impossible d'imaginer un avenir probable. La Mort nous guette elle ? sans doute, mais là, son poids est général, sauf peut être chez les teuffeurs et les incorrigibles optimistes ! ou provoque t'elle chez certains une fièvre de vivre a fond ? cette semaine, un chiffre m'a frappé, 1 million, oui 1 million de personnes ont quitté la Grande Bretagne depuis mi juin, tant à cause du corona que du brexit. En France, nous avons eu aussi moins de naissances, et bien sûr plus de décès. mais des pays comme l'Allemagne, l'Italie sont entrés dans des déclins démographiques forts, et pour le producteur de vin que je suis, ceci n'est pas bon signe non plus..

Oui, que de nuages noirs dans notre ciel !